Bureaux + Aire de Service du Parc André Malreaux à Nanterre, France

Programme : Bureaux + Aire de service du Parc André Malraux, Nanterre, France
Maître d’ouvrage : Conseil General des HAUTS de SEINE (92)
Surface : 1655 m²
Budget : 2,4M
Phase : Livré
Année : 2017

L’aire de service du Parc André Malraux est située sur la commune de Nanterre, en dehors de l’emprise publique du parc. L’image du projet est une clôture de jardin, chaleureuse et à taille humaine, sur laquelle on trouve de la végétation, traitée comme des « manteaux végétaux », constituant un socle aux volumes en étages sculptés. Ces volumes répondent à la logique organique et souple du parc. Le socle est comme un écran perméable à la lumière, et contrôle et protège en même temps de l’ensoleillement et des vues. Depuis l’intérieur, les espaces extérieurs se laissent percevoir le jardin comme paysages alentours. Les façades des volumes à l’étage créent leur propre identité, elles émergent de la végétation pour donner place à des espaces communs de vie et de travail. Leur modénature en continuité avec les terrasses végétales donne l’illusion que les plantes des terrasses poussent sur les murs des volumes émergeant. Elles composent un jeu de plein et de vide qui laisse passer le regard vers l’extérieur. Le projet reflète son organisation programmatique par des entités bien définies, et des relations claires et précises.

Un patio-jardin est créé entre les bâtiments, rappelant à chacun l’intérêt de ce pourquoi il travaille : la conservation et le bien-être du jardin et des végétaux. Donnant de la qualité aux vues depuis les bureaux, il est également conçu comme un espace de pause et de détente.

Le pari paysager de ce projet est de renforcer la présence de la coulée arborée existante au Nord, un alignement de peupliers et d’épicéas, qui tisse un lien entre le parc et l’avenue : une limite visuelle végétale pour les habitants des immeubles qui ont vue sur l’aire de service. Confortée par le renouvellement des arbres, ainsi que par des plantations complémentaires, elle s’épaissit avec des ramifications plantées d’arbres qui pénètrent à l’intérieur de la parcelle, entre les bâtiments et dans les aires de jauge et de stockage de plantes.

Retour haut de page